Enfin, un atelier de vente de spectacles à Montréal

Les 7 et 8 février 2012, avec En Piste, je donnerais, avec ma bonne amie Marisol de Santis, un atelier de vente de spectacle et mise en marché. Cet atelier est destiné aux artistes en développement souhaitant vendre leur spectacle. Voici les grandes lignes:

  • Comprendre l’art du Showcase (qu’est-ce qu’un bon extrait de spectacle);
  • Acquérir des outils utiles dans la rédaction de contrats de vente, les lettres d’ententes et les fiches techniques;
  • Identifier les critères d’un outil de promotion efficace;
  • Se familiariser à l’organisation et à la logistique d’une tournée

C’est pas cher (65$) mais ce que je vais vous enseigner vaut de l’or !

Vendre son spectacle

Vous voulez vendre votre spectacle mais, êtes-vous remarquable (dans le sens apte à être remarqué) ?

Vous le pensez surement mais posez-vous réellement la question et, surtout, posez-là à ceux qui connaissent votre travail et votre style. Et demandez une réponse honnête. À une certaine époque où je bookais de la variété, quand un artiste me demandais mon avis, s’il était négatif, ma réponse était toujours: tu veux ma critique ou tu veux que je te fasse plaisir ?

Une voix unique, un propos inédit (à ce sujet, je voulais aller voir Paradis Perdu à la PDA mais les critiques ne parlent que de lieux communs que je n’ai plus envie 😦 )…un look étonnant. Soyez universels, ne soyez pas international (Céline est à la chanson ce que Macdo est à la bouffe…internationale… ).

Ne soyez pas comme les autres, soyez unique et remarquable et n’oubliez pas d’y mettre de la profondeur.

Vous voulez tourner à l’international ?

Vous avez vraiment le potentiel pour ce type de tournée. Mais vraiment, vraiment (car beaucoup pensent qu’ils l’ont… mais ne l’ont pas) ?

Vous avez déjà étudié comment on va chercher un permis de travail temporaire P1 aux USA et vous avez les 5000USD que cela coûte ? Vous avez une idée de l’enfer administratif de la France pour les artistes étrangers ? Vous savez combien coûte votre cargo jusqu’à Singapour aller-retour ?

Bref, c’est que vous êtes surement prêt à partir en tournée internationale. Et ça commence où ? Ici à Montréal en novembre prochian, au CINARS 2010. C’est le moment de déposer votre demande de showcase dans le cadre de la programmation officielle.

N »oubliez pas de garder du budget pour votre kiosque !

Je vous préviens, oubliez APAP et son côté centre commercial et venez au CINARS, la plus conviviale des rencontres professionnelles internationale . Et ils m’ont même pas payé pour dire ça !

Formation en vente de spectacles

Aujourd’hui, je donnais une formation à une quinzaine de participants (surtout des participantes) sur le métier d’agent de tournée dans le cadre d’une semaine complète de formation organisée par CINARS.

J’ai toujours un grand plaisir à transmettre ce que j’ai appris en 23 ans d’organisation de tournées, d’autant plus quand je tombe sur un groupe dynamique qui intervient. Outre ma connaissance, c’est surtout ma passion pour ce métier que je tiens à transmettre. Ce n’est pas un métier facile qui comporte sa part de stress et d’inquiétudes. Je suis conscient que parmis les participants, la plupart feront un peu de booking mais qui sait, une personne va y trouver plaisir et  s’occupera d’une ou plusieurs compagnies.

 

En voila une de bonne idée !

Hier soir, j’ai assisté avec délice au retour de Nebbia du Cirque Éloize et du Teatro Sunil à Montréal à la Place des Arts (oui, c’est un chef d’œuvre et ça fini dimanche et il y a des très bonnes places encore à env. 30$). Claire, une des administratrice me racontais que Dominique Champagne allait créer un nouveau spectacle, Paradis Perdu qui sera présenté à La PdA en janvier prochain. Avant de faire la mise en vente des billets, il a passé 30 minutes avec toute l’équipe de la billetterie pour leur expliquer ce que serait le spectacle et comment ils pouvaient le décrire au gens. J’ai trouvé ça super. Ça fait pas trop web 2.0 mais je suis convaincu que c’est très efficace. Les gens de la billetterie sont des êtres humains pas des machines à produire des billets et peuvent être d’excellents ambassadeurs auprès des acheteurs potentiels, surtout quand il s’agit d’un spectacle pas connu du tout. Chapeau Dominique d’avoir pensé à cela.

Une note brève, je n’étais pas un gros fan de Nelly Arcand. J’ai lu « Putain » qui est quand même un sacré morceau de littérature. L’annonce de son suicide cette semaine m’a vraiment ébranlé. Je ne suis pas le meilleur pour détecter la détresse humaine, mais quand elle apparait aussi crûment comme celle de Dédé, je trouve cela très triste.