La valeur de l’accueil

J’assistais hier soir à Lyon à une représentation de Nebbia du Cirque Éloize et Teatro Sunil, dans le majestueux théâtre Les Célestins de Lyon. Avant le spectacle, je discutais avec Christophe, un des directeur artistique, je constate que l’autre directrice, Claudia, accueille le public à la billetterie. Christophe m’explique alors que les directeur (ils sont trois) partagent l’accueil du public à chaque représentation. Cela m’a énormément touché. Cette équipe est consciente qu’un accueil humain et chaleureux est irremplaçable.  Ils connaissent ainsi très bien leur public et leur coups de cœur. Je suis convaincu que les abonnés de cette salle ont un fort sentiment d’appartenance. Ils ont su créer leur tribu.

Nebbia, un chef d’oeuvre ?

Si Nebbia n’est pas un chef d’oeuvre, c’est sûrement pas loin d’en être un. Mais ce n’est pas à moi de le dire, plutôt au public et un peu à la critique. Pour ma part, c’en est un ! Vous pouvez lire les critiques ici. Le Cirque Éloize et Teatro Sunilont accouché d’un spectacle riche en émotions, en subtilités et en couleurs en demi-tons. Je demandais dernièrement à Daniele Finzi Pasca, le metteur en scène de Nebbia, dans quelle mesure il considérait le public pendant la création. Il me répondit une phrase toute Daniel. Pour lui le spectacle doit plaire à 4 personnes, sa grand-mère, ses parents et son amoureuse Julie. S’il a touché ces quatre personnes, son but est atteint. J’ai dû être sa grand-mère dans une autre vie !