Formation en vente de spectacles

Aujourd’hui, je donnais une formation à une quinzaine de participants (surtout des participantes) sur le métier d’agent de tournée dans le cadre d’une semaine complète de formation organisée par CINARS.

J’ai toujours un grand plaisir à transmettre ce que j’ai appris en 23 ans d’organisation de tournées, d’autant plus quand je tombe sur un groupe dynamique qui intervient. Outre ma connaissance, c’est surtout ma passion pour ce métier que je tiens à transmettre. Ce n’est pas un métier facile qui comporte sa part de stress et d’inquiétudes. Je suis conscient que parmis les participants, la plupart feront un peu de booking mais qui sait, une personne va y trouver plaisir et  s’occupera d’une ou plusieurs compagnies.

 

Le problème avec la France…

Je vends les spectacles du Cirque Éloize en France et ailleurs dans le monde depuis plus de 10 ans et c’est toujours un plaisir de discuter avec les programmateurs, de leurs choix artistiques, de leurs problèmes et de leurs défis.

Dernièrement, je recevais une invitation à assister à une série de formations dont une sur la diffusion internationale. Très curieux, j’ouvre le programme pour en savoir plus. Les sujets abordés sont très intéressants et pertinents pour quelqu’un ou une organisation qui se lance dans cette aventure. Je clique pour voir le cursus des formateurs et suis surpris de voir très peu de gens qui ont effectivement organisés de la tournée internationale (2 personnes) – 7 personnes qui sont reliés au arts de la scène comme programmateurs en France de festivals ou salles, et 6 universitaires ou chercheurs.

De plus, aucune mention sur les marchés internationaux, qui sont vraiment les lieux de vente de tournées (les festivals aussi évidemment).

Chaque fois que j’assiste en France à ce type de rencontre, je constate qu’on aime beaucoup parler de théories, de grandes envolées intellectuelles sur ces sujets si inspirant, mais si peu de concret.

Résultat: combien de compagnies françaises se plantent en essayant de monter des tournées à l’étranger tout simplement parce que l’information disponible est principalement théorique ?

Dommage…je reste perplexe.

Pour moins cher que cette formation, je vous encourage à venir à Montréal au CINARS cette année, rencontrer les vrais joueurs et les décideurs. En bonus, vous pourrez voir la première neige de l’hiver !