Un logiciel de vente de spectacle pour les agents

Le logiciel base de donnée et processus de vente de spectacle Bob-Booking Amérique du Nord est enfin disponible pour une version d’essai gratuite d’un mois et abonnement.

Cette version québécoise tiens compte des no de TPS/TVQ, des ententes à cachet de base + pourcentage après dépenses et partage des recettes et une multitude d’autres fonctionnalités typiquement québécoises.

Évidemment, il est perfectible mais vous pouvez prendre le démo et le tester pendant vos vacances de Noël. Il comprends déjà des contacts de base qui sont en fait la liste des participants diffuseurs présents à la rencontre d’automne du Roseq de cet année.

Vendre des spectacles est un cycle long. Les recherches des clients types pour un spectacle donné sont souvent fastidieuses. Avec Bob Booking vous arrêterez de crier à tout le monde et pourrez chuchoter dans les bonnes oreilles !

Publicités

Enfin, un atelier de vente de spectacles à Montréal

Les 7 et 8 février 2012, avec En Piste, je donnerais, avec ma bonne amie Marisol de Santis, un atelier de vente de spectacle et mise en marché. Cet atelier est destiné aux artistes en développement souhaitant vendre leur spectacle. Voici les grandes lignes:

  • Comprendre l’art du Showcase (qu’est-ce qu’un bon extrait de spectacle);
  • Acquérir des outils utiles dans la rédaction de contrats de vente, les lettres d’ententes et les fiches techniques;
  • Identifier les critères d’un outil de promotion efficace;
  • Se familiariser à l’organisation et à la logistique d’une tournée

C’est pas cher (65$) mais ce que je vais vous enseigner vaut de l’or !

Cirkus Cirkör, mauvais cirque ?

Hier soir, en  regardant mes stats pour voir par oü mes gens arrivent (mots clés, google, FB etc…) quelqu’un (e ?) est arrivé sur le blog en tapant « Cirkus Cirkör mauvais cirque« . Si cette  personne me lit, j’aimerais bien dialoguer avec.

C’est clair, le nouveau cirque ne fait pas l’unanimité et ne le fera jamais. Ce n’est pas le but. Beaucoup de gens ont de la difficulté à adhérer à cette forme d’art. Il y a d’un côté le poids de la tradition, et de l’autre des spectacles pas toujours facile à faire embarquer le spectateur. Mais je peux comprendre cette personne, Wear It Like a Crown a des petites  faiblesses. Vraiment pas nombreuses, mais elles cassent le rythme de tout ce qui est bon dedans. C’est un spectacle « Tim Burtonien » comme le dit si bien cette excellente critique (comme quoi…), un univers en contraste qui tend vers le sombre avec une touche gothique à l’image de la Scandinavie.

Il en reste pas moins, qu’à la fin de chacune des 6 représentations à La Filature de Mulhouse, le public était enchanté et faisait revenir les artistes sur scène 3 à 4 fois.

Le public français est un public exigeant et c’est tant mieux. L’art d’être spectateurs y est cultivé dès le plus jeune âge et  nous sommes ici aussi dans le pays qui a inventé le nouveau cirque au début des années ’80 avec des Archaos et Cirque Plume. Je suis convaincu que de nombreuses compagnies étrangères dont le Cirque Éloize ont été confrontés et améliorés leur manière de créer des spectacles (les québécois ont quand même un peu de difficulté à l’admettre). C’est moins le cas de Cirkör qui fait carrière depuis 16 ans principalement en Scandinavie et venir en France ne pourra qu’être bénéfique pour la compagnie.C’est tout de même une excellente proposition à des lieux de ce qui se fait ailleurs

Le nouveau cirque ne doit pas aller dans la complaisance, car c’est un lieu de recherche, comme il ne doit pas oublier qu’il joue devant un public comme l’ont trop souvent oublié certains chorégraphes de danse contemporaine. Le cirque doit rester fédérateur, son langage est avant tout acrobatique et clownesque.

Le développement international, ça n’arrête jamais

Grosse semaine qui fini et une autre à l’horizon qui s’annonce pas morne non plus. Je quitte dans 1h pour Genève pour assister à la dernière représentation de ID du Cirque Éloize de la série qu’ils font à Genève. Éloize a encore mis le feu au Lac pour son 4e passage en Suisse en 7 ans. La tournée (que j’ai montée) se poursuit ensuite pendant 3 mois dont un passage de 1 mois au Théâtre National de Chaillot.

J’enchaine ensuite en Alsace, plus précisément à Mulhouse ,retrouver mes nouveaux poulains, Wear It Like  A Crown de la compagnie suédoise Cirkus Cirkör. Wear sera à la Filature de Mulhouse du 6 au 10 décembre et c’est l’occasion pour moi d’inviter de nombreux programmateurs à venir voir et, si tout va bien, cela débouchera sur une tournée française au cours de la saison 2012-13.

Une semaine de prospection = 3 semaines de préparations et 2 semaines de suivi au retour. Tout d’abord ça commence par une sélection importante des programmateurs à qui j’envoie ensuite une invitation. Cette étape est cruciale car cela ne sert à rien d’inviter tout les programmateurs. On choisi la jauge moyenne, le type de budget, les périodes de festival etc. Une fois l’invitation envoyée, une semaine plus tard, suivi téléphonique intense et par courriel. Le défi est grand car il s’agit d’une compagnie relativement peu connue en France et le spectacle est présenté dans une ville située dans une région assez périphérique et peu centrée. Prise de rendez-vous, traçage d’un itinéraire optimal entre Genève et Mulhouse pour faire d,autres rencontres. Idées qui surgissent en cours de route. Décalage horaire avec l’Europe qui a ses avantages, je peux me concentrer à envoyer beaucoup de courriels l’après-midi, et désavantages, à partir de 13h, plus moyen de rejoindre les gens.

À quelques jours du départ, préparation des pochettes de présentation, photocopies, duplication de DVD, assemblage du tout. On en profite aussi pour préparer un envoi postal à aux clients potentiels qui ne peuvent venir ou que ça peux quand même intéresser, pour profiter d’un tarif postal plus avantageux (une enveloppe avec plaquette + DVD pour l’Europe de Montréal = approx 8$. De France et pour la France, env. 2.50$. On fait des étiquettes (le gabarit d’étiquette n’est jamais pareil une fois imprimé), les lettres de présentation (vive la fusion sur Word). On se trompe, on recommence et on se couche tard. Un coup parti, pourquoi pas aussi faire un envoi postal au Qc, car au retour , on pourra faire un suivi… C’est en ce moment que les saisons ce montent et il faut se positionner vite. Pas attendre le printemps, c’est trop tard.

Bref, ça n’arrête jamais mais c’est passionnant.