De mainstream à la propagande

J’ai enfin fini Mainstream, dans l’ensemble, c’est intéressant mais il n’aborde absolument pas le spectacle vivant. Le chapitre sur l’industrie du disque US vaut la peine et la conclusion a elle seule mérite le détour. On peut la lire ici sans avoir à acheter le livre.

J’ai trouvé un petit livre édifiant sur le créateur des relation publiques, Edward Bernays (1891-1995) qui s’intitule Propaganda. Je n’ai lu qu’une vingtaine de pages et déjà ne n’en reviens pas. Bernays a littéralement posé les bases de la communications, du marketing et de la manipulation de la pensée des masses. Bernays est, entre autres, l’artisan de l’expulsion des tramways dans les villes nord-américaines afin d’y laisser entrer les automobiles (une stratégie conjointe de GM – Firestone et Standard Oil) et père de la campagne pour convaincre les américains d’aller en guerre en 1915 .

Comme les vacances commencent enfin samedi, je vous souhaite beaucoup de soleil, de baignades et d’apéros rafraichissants !

Etes-vous mainstream ?

J’attendais beaucoup du nouveau livre de Frédéric Martel « Mainstream », surtout après la lecture de son seul autre livre « De la culture en Amérique » qui était si enrichissant et bien documenté et je reste sur ma faim. Je sens que Martel c’est laissé allé dans le sensationnalisme de son sujet. Martel  nous présente largement les médias  et conglomérats médiatiques internationaux mainstream, principalement ce qui a trait à  télévision et le cinéma. Je n’ai pas encore fini mais il nous parle peu du spectacle vivant ni tente d’expliquer pourquoi tant de monde adhère à cette culture qui plait à tous. Il y a là quelque chose que j’aurais aimé apprendre. On y apprends quand même beaucoup de choses, par exemple l’état de la critique journalistique aux USA. On est heureux de ne pas y vivre et que la critique québécoise est encore bien vivante mais si elle a tendance à disparaître dans certains médias écrits mainstream (pour ne pas le nommer, La Presse…).

Le moins que l’on puisse dire, selon les superlatifs qu’il utilise, les femmes interviewées ne l’ont pas laissé indifférent ! Je retiens une expression intéressante: les industrie créatives. Car c’est vraiment d’industries dont on parle ici.

Pour ma part, je crois en la spécificité artistique et en son public, tant mieux si Black Eye Peas fait 100 000 personnes sur les plaines d’Abraham à Québec mais rien de plus réjouissant qu’un show réjouissant avec 100 personnes de Bernard Adamus ou dans un autre ordre d’idée, Saburo Teshigawara .

Comme l’explique si bien Chris Anderson (fondateur de la revue Wired), les non-mainstream font parti du « Long Tail ». C’est à dire, ceux qui découvrent et font découvrir. Ça a prit 10 ans à ma mère d’avoir un DVD mais maintenant, elle sait mieux que moi comment le programmer !

Pour finir, je doit admettre que j’ai adoré Avatar mais que j’ai trouvé Totem, le dernier spectacle du Cirque du Soleil plutôt ennuyant  (à l’exception du danseur amérindien, mais c’est une idée que j’avais eu il y a 7 ans…) !

Première du nouveau spectacle du Cirque Éloize « ID » ce soir !!!

C’est ce soir que ça commence, le nouveau show du Cirque Éloize ID à Montréal. La compagnie tente une nouvelle expérience artistique en mêlant le cirque et le breakdance. Musique des Jean-Phi Goncalves de Beast et Alex MacMahon, génial et ça vous scotche au mur sérieux. J’ai vu l’avant première hier soir et c’est vraiment très bon.

ID  est présenté à Montréal jusqu’au 25 juillet et sera en France en novembre prochain…