Enfin, nous pouvons conspirer ensembles pour un meilleur Montréal

Je couve depuis quelques jours un article sur La Vitrine pour faire suite à la conférence de Nadine Gelly à laquelle j’ai assisté vendredi dernier. Il y a beaucoup de chiffres intéressants mais je vous demande encore quelques jours pour rassembler mes idées.

Par contre, pour ceux qui ne vivent pas à Montréal, il y a actuellement une crise d’identité dans cette ville qui fut jusqu’à récemment  l’exemple de ville qui bouge et que Toronto reluquait avec envie. Je crois qu’il est difficile d’être toujours « high » et que nous sommes dans une roue qui est soit déjà vers en bas ou vers le bas. On sent un marasme généralisé, aucun nouveau projet porteur à l’horizon, un maire qui gère sans plus qui patauge dans les petits scandales de ses collaborateurs. Les Canadiens ne se sont même pas classés en quart de finale de la coupe Stanley. Et à Québec, avec son maire branché sur le 220 volts, nous met le nez dans notre caca depuis 2 ans avec ses McCartney, Cirque du Soleil et Le Moulin à Images. Est-ce le montréalais type qui ne souhaite que rentrer dans son condo de luxe et de prestige une fois la journée finie ou bedon le banlieusard qui fait une overdose de festivals et de branchitude ?

Mais peut-être sommes au bout du tunnel car un groupe de Montréalais comme je les aime (oui, y’en a encore) vient de lancer une initiative originale, La conspiration du bien ! De quoi, une conspiration ????? Et bien oui, une conspiration qui a comme but d’insuffler à la ville et au monde entier des bouffées d’énergies positives. Inspirer et conspirer. Twittez, bloguez, laissez un message sur la boite vocale mais, de grâce, conspirez pour le bien pour cette ville qui en a bien besoin.

Littéralement absorbé…

…par la lecture du dernier roman de Dan Simmons, Terreur (mon auteur préféré). Une belle brique de 700 pages dans laquelle je me suis complétement immergé. Utilisant l’histoire de l’expédition Franklin en 1945 qui, partie d’Angleterre à la recherche du passage du Nord-Ouest, cette expédition de l’Erebus et du Terror c’est terminée de manière tragique avec la mort des 129 membres d’équipage. J’ai eu froid, j’ai souffert de la faim, j’ai eu peur du Tuunbaq et j’ai espéré survivre ! Une première partie une peu longue, suivi d’une 2e partie emballante mais définitivement une œuvre majeure.

simmons-terreur

Je ne manquerait toutefois pas la conférence sur le nouveau marketing donnée par Culture Montreal vendredi prochain à la Sala Rossa.